Lettre à Farah

Petite Farah, je te souhaite la bienvenue dans notre monde. Ton prénom signifie « la joie » et c’est un prénom magnifique. Tu ne le sais pas encore mais tu vas entreprendre beaucoup de choses dans ta vie particulièrement dans ta carrière car tu travailleras pour de grandes marques Internationales. Tu commenceras à travailler à l’âge de 6 ans car tu es née au Bangladesh. Tu sais ici, en France (là où sont situés les clients de ton futur patron entre autre bien que le monde entier profite de toi) l’âge l’égal pour commencer à travailler est à 18 ans en moyenne.Tu travailleras 64 heures par semaine car il faut que ton pays te rentabilise de plus, les clients de tes patrons ont inventés les capsules, il n’y a plus de saison pour sortir de nouveaux articles c’est une stratégie pour gagner en consommation, c’est également pour cela que tu travailleras plus, en France nous travaillons 35 heures voir 40 heures si nous faisons des heures supplémentaires en moyenne.

Même si ce sera probablement l’un de tes rêves, je suis au regret de t’informer que tu n’iras pas à l’école car l’école ne rapporte pas à ton pays si tu ne travailles pas à l’usine, ici en France les écoles sont obligatoires à l’âge où tu travailleras. Tu vivras dans un bidonville car tu ne seras payé que 8 euros par semaine mais ce que tu rapportes c’est 30 milliard de dollars dans l’économie de ton pays, ici le SMIC est de 1201 euros par mois environ et pour avoir ton salaire hebdomadaire nous travaillerons à peine une heure si nous sommes au SMIC. Avec les problèmes innombrables liés à la sécurité dans les usines dont celle qui va t’employer, tu auras l’occasion de travailler dans des conditions de travail déplorables et même peut être mourir là-bas comme dans l’usine Rana Plaza qui a provoqué la mort de 1 127 personnes de ton pays en 2013.

Notre pays comme tant d’autres est très content des articles que tu confectionnes, ils paient 1 article entre ton salaire hebdomadaire et un salaire mensuel aux SMIC Français. Tu sais ici nos journaux parlent de toi et de tes conditions de travail, il y a une petite prise de conscience ici sur ton histoire mais elle reste minime et les marques qui travaillent avec ton futur patron se cache de cette situation. Pour ma part, j’ai fait le choix de t’aider à ma façon et à mon niveau tout en essayant de vivre de ma passion. J’ai créé une marque de prêt-à-porter avec une fabrication Française fait par une couturière indépendante qui s’est prise de passion pour ce métier. Je sais que c’est une goutte d’eau dans l’océan mais je continue de croire peut être par naïveté, que si chacun prend conscience que ce qu’ils achètent ce n’est pas qu’un article en vogue mais à chaque fois un petit peu de ta vie, cela changera la donne.

Petite Farah, je te souhaite beaucoup de courage en espérant t’avoir épargné. J’espère que dans 6 ans tu vivras une vie épanouie comme une fillette devrait vivre. 

Cette lettre est pour tous les enfants de tous les pays touchés par ce système d’exploitation qui ils ne savent pas lire car ils fabriquent en ce moment la nouvelle capsule que vous achèterez demain. Ces grandes enseignes Françaises et d’autres pays ne lésinent pas sur les moyens marketing pour vous en mettre pleins les yeux avec des publicités qui se chiffre en milliers voir millions d’euros mais réduisent leurs coûts ailleurs. Je ne suis pas contre l’enrichissement, au contraire mais pas comme ça.  

Oui le made in France est cher mais nos marques ont une histoire et pas celle d’un enfant exploité. Les matières sont chères car elles viennent d’un pays qui travail honnêtement. Notre métier coûte cher car nous travaillons dans notre pays avec des personnes que l’on paie correctement pour qu’ils puissent vivre une passion et non pas par la course au CA qui au passage sacrifie des vies.  

Je remercie tous mes concurrents directs ou indirects qui ont fait le choix d’une fabrication dans notre merveilleux pays et c’est également pour cela que je publie des articles sur les marques Françaises.  

Noter l'article
5/5

Laisser un commentaire

Fermer le menu